Liste des billets comportant le tag Internet.
x

Je suis un Netizen, et vous ?

Ask me anything   Submit   Guillaume Milert, le 28 février 2014 : bienvenue sur mon ancien blog quand j'étais Directeur Général de Netizencall. J'ai dorénavant basculé dans le web marketing et le management de la réputation sur Internet en créant Boost Expert. Rejoignez-moi sur boostexpert.com et bonne lecture !

BOOST EXPERT est un cabinet de conseil en web marketing et reputation management.

Guider l’identité virtuelle d’un produit ou d’une personne contribue à sa renommée. Dans le cadre d’un lancement commercial ou d’un repositionnement numérique, BOOST EXPERT initie la meilleure « communication discrète » sur Internet, valorisation d’une marque, d’une œuvre ou d’une carrière. 

L’Internet positif, c’est mettre en avant les informations qui vous valorisent. 

Vous avez la chance d’avoir un article de journal flatteur et vous voulez le faire mieux remonter dans les écrits Internet qui vous concernent. Vous lancez un nouveau produit, un nouvel artiste, parallèlement à vos actions de communication, asseyez son empreinte encyclopédique digitale. 

Pour vous construire une réputation cathédrale sur Internet, BOOST EXPERT s’appuie sur son expérience de l’entreprise, sa connaissance des stratégies commerciales multi secteurs, et sa pratique de la communication culturelle et politique.

#LInternetpositif pour les entreprises, les marques et les personnalités !

(Source : boostexpert.com)

— il y a 1 mois
#reputation  #management  #marketing  #communication  #community  #consultant  #branding  #personal  #online  #guidance  #web  #internet  #social  #social networking  #biography  #seo  #web marketing  #digital  #press  #secretary  #encyclopedia  #wikipedia 
La PROSPECTION COMMERCIALE en deux étapes, le nouveau TELEMARKETING qui cartonne en temps de crise
Attention, il n’y a rien d’original, c’est du bon sens et ça marche. La méthode du Centre d’Appel NETIZENCALL, pour trouver de nouveaux clients, s’adapte à toutes les entreprises, petites et grandes, quels que soient leur secteur et leurs cibles, BtoB ou BtoC.

La crise économique est très dure et la concurrence exacerbée tant en France qu’à l’étranger. En outre, les hommes ont muté lors des dernières avancées technologiques, l’accès universel à Internet et aux réseaux sociaux a changé fondamentalement les comportements. Les Netizens sont les représentants de cette génération de consommateurs à laquelle il faut savoir s’adresser.

Pour conquérir de nouveaux clients, il faut l’expérience du démarchage téléphonique « dans le dur » et un sens de l’approche affinitaire, revenir à ce qui a fait ses preuves par le passé, dans les années 90 en particulier, et l’adapter à la société actuelle.

Nous avons mis en place chez NETIZENCALL un canevas en deux temps dans le respect de la philosophie Netizen.

Les gens sont intéressés par les sondages et ne rechignent pas autant qu’on le pense à répondre par téléphone à des questionnaires, tant qu’ils concernent leur quotidien. Dans un premier temps, nous nous appuyons sur une courte enquête, élaborée avec notre client dans sa thématique, pour trier et cibler les entreprises ou les particuliers interrogés ; nous sommes dans un registre à la fois sondagier et informatif ; cela conduit à éveiller l’intérêt de l’Appelé ou à lui ouvrir des perspectives qu’il avait jusque-là ignorées. Dans un second temps, quelques jours après, nous rappelons les interlocuteurs ainsi qualifiés, avec un objectif affiché de prendre un rdv, obtenir une souscription, communiquer une information précise, faire participer à un événement de proximité, approfondir le contact et recueillir l’adresse email, etc.

Cette démarche n’est pas perçue comme intrusive car elle s’inscrit dans une logique d’adéquation de services. L’entreprise émettrice pose ainsi les fondations d’une relation de proximité, qui prédispose à fidéliser au-delà de la conquête.

Nos salariés sont nos clients (consommateurs, usagers…), nos clients sont nos amis (adhérents, abonnés, followers…), nos amis sont nos partenaires (concurrents, fournisseurs, prestataires, distributeurs, médias, élus…), nos partenaires sont nos critiques (supporters, promoteurs, détracteurs…), nos critiques sont nos salariés, la boucle est bouclée, nous sommes tous liés, il est essentiel d’agir en conséquence. « The power of linked people » n’est pas notre slogan pour rien.

— il y a 1 an
#CRM  #GRC  #Netizencall  #XXIe siècle  #call center  #client  #consommateur  #crise  #internet  #netizen  #prospection commerciale  #réseaux sociaux  #services  #sondage  #telemarketing 
A propos de Timeline, le journal de Facebook

L’Internet est en perpétuelle gestation et c’est parti pour durer. Au fur et à mesure des progrès technologiques, les ordinateurs, systèmes d’exploitation, navigateurs, réseaux sociaux se doivent de trouver de nouvelles idées pour devancer l’air du temps, il n’y a rien d’acquis, même pour les leaders Apple, Microsoft, Google ou Facebook.

En 2007, Second Life tenait la corde. Son succès a peut-être même conduit au film Avatar. Mais c’était il y a des siècles. D’autres connaissent un second souffle, ainsi le jeu Sims, via Facebook…

Plus que d’un problème de concurrence, c’est de la surabondance que vient le danger. Bien entendu, les grandes enseignes s’affrontent à coup de matériels (tablettes, smartphones…) ou de logiciels propriétaires, tributaires les unes des autres, dans un combat d’englobement.

Les plus anciennes sont nées au milieu des années 70, les plus récentes la semaine dernière. Historique dérisoire au regard, par exemple, de l’industrie automobile.

L’Internet, creuset des créateurs, ayant démocratisé l’entreprise, il y a toujours la place pour un nouvel acteur qui trouvera l’idée des dix prochaines années. Le virtuel bouillonne sans cesse, rien n’est figé.

D’autant que le Netizen est curieux et lunatique, son propre est de zapper, surfer, picorer et rendre un jugement. Comme tout être humain, il est rétif au changement, même bien au chaud dans son village, combien d’inquiétudes face au nouveau Mur de Facebook ? Mais il va voir, seul, brièvement, conseillé ou parrainé par une de ses relations, s’implantant, prenant date, jusqu’à migrer complètement. Le Netizen s’éparpille, cultive le don d’ubiquité, appartenant à plusieurs réseaux, les délaissant au profit de nouveaux.

Face à cette myriade d’offres alternatives, à Google + qui se cherche, Facebook qui ne progresse plus, bloqué à 800 millions de membres, est un géant aux pieds d’argile. Etant devant, il a l’obligation d’innover, s’il veut éviter qu’un vent Netizen contraire l’effeuille. La trouvaille Timeline arrive donc à point nommé.   

Sur le plan de la gestion de la relation client, le lancement du nouveau format chronologique de Facebook s’apparente à une opération de fidélisation, de captation renforcée.

Les publications chassaient jusqu’à maintenant les précédentes, s’amoncelaient en bas de page sous le terme de « publications plus anciennes », le temps présent instantané écrasait le passé.

Le nouveau Mur permet dorénavant de s’inscrire dans une durée du temps qui passe, les fidèles de Facebook peuvent reconstituer (et refaçonner) les événements depuis leur naissance en rajoutant photos et vidéos, les localisant et les datant au gré de leur parcours. On peut d’ailleurs regretter l’impossibilité présente d’exposer d’autres types de documents (des fichiers PDF par exemple) mais cela viendra.

Pour s’enregistrer, les membres sont censés avoir plus de 13 ans, et même s’il est difficile de le quantifier, il est notoire que des millions de jeunes entre 10 et 13 ans ont déjà un compte Facebook. Timeline va les accompagner toute leur vie, traçant chaque jour leurs humeurs, mémorisant leur histoire, reflétant ce qu’ils sont ou ce qu’ils veulent être.

Fini le temps du petit cahier caché sous le matelas où on s’écrivait à soi-même ses pensées intimes avec l’espoir inconscient un jour d’être lu. Facebook réalise aujourd’hui le fantasme d’un journal audiovisuel, à cultiver, modifier, enrichir à l’infini, consultable selon les niveaux d’accès fixés par son auteur.

Il est encore trop tôt pour bien analyser ce qui vient de se produire, mais Facebook a indéniablement marqué une étape. Les réseaux sociaux étaient taxés de superficialité, les milliards de posts et tweets échangés chaque jour paraissaient bien vains, l’éphémère régnait. Pourtant, c’était là, sous-jacent, dans le principe même de Copains d’Avant et des CV en ligne de Viadeo et Linkedin…

Témoin d’une histoire en cours, permettant le retour en arrière, donnant une épaisseur au présent dans la continuité du passé, Timeline colle encore plus à l’individu. Facebook, à la recherche du temps perdu, préserve ainsi son avance sur ses rivaux et accentue son influence sur la vie même des hommes : combien d’applications et de liens commerciaux vont encore venir se greffer et agir sur leurs empreintes numériques ?

Au Netizen, attaché à sa liberté, mieux armé, de se distinguer des autres internautes pour s’extraire du joug de cette nouvelle tentacule.

On retrouve sur le Net les combats anciens des mondes fermés (Apple…) contre d’autres qui semblent en surface plus libres (Google…), forces autoritaires contre esprits libéraux. Facebook s’invite à la fête. Mais l’aventure ne fait que commencer, l’Internet ne date vraiment que des années 90 et ses apôtres, les Netizens, sont insatiables, en attente de nouvelles possibilités.

Même avec Timeline, Facebook est loin d’être abouti. Il lui manque un grain de folie, une originalité définitive. Les distances ont été abolies, le voyage dans le temps est rendu possible, le réel se confond avec l’avatar, la science-fiction n’est plus…

Et pourtant.

— il y a 2 ans avec 2 notes
#Apple  #Microsoft  #Google  #Facebook  #Second Life  #Avatar  #Sims  #Internet  #netizen  #mur  #réseaux sociaux  #Google +  #Timeline  #2.0  #PDF  #posts  #tweets  #Copains d'Avant  #Viadeo  #Linkedin  #à la recherche du temps perdu  #voyage dans le temps  #SF  #tablette  #smartphone  #gestion de la relation client  #publications  #CV  #science-fiction  #Proust