Liste des billets comportant le tag petit monde.
x

Je suis un Netizen, et vous ?

Ask me anything   Submit   Guillaume Milert, le 28 février 2014 : bienvenue sur mon ancien blog quand j'étais Directeur Général de Netizencall. J'ai dorénavant basculé dans le web marketing et le management de la réputation sur Internet en créant Boost Expert. Rejoignez-moi sur boostexpert.com et bonne lecture !

Histoire du Netizen

L’histoire commence en 1929 quand un écrivain hongrois émet la théorie que nous sommes tous reliés dans le monde à travers une courte chaîne de relations individuelles.

Ce concept des « six degrés de séparation » sera ensuite complété dans les années soixante par celui du « petit monde ». Se propage aussi l’idée du point de bascule (« the tipping point »), théorisée jusqu’en 2000 par les Américains : par le partage d’événements du quotidien, sans grande importance, nous sommes amenés à déclencher des phénomènes de société. 

Au même moment, l’avènement de la téléphonie mobile, d’Internet et des réseaux sociaux modifie les rapports humains, nous conduit à d’avantage de proximité (à distance paradoxalement), de clairvoyance (par l’accès libre à la connaissance), d’impatience (l’instantanéité supplante la durée) et de revendication d’identité (aux communautés historiques se greffent des regroupements affinitaires). 
Nous ne nous concevons plus sans notre réseau : amis, connaissances, collaborateurs, fournisseurs, clients, fans, partenaires, élus, concurrents, médias, distributeurs ; le choix même de nos relations reflète, participe à la construction de notre image, elle-même partagée par les relations de nos relations.
Nous nous retrouvons sur le net, dans des villages dont nous maîtrisons le niveau d’ouverture au monde, exerçant, fascinés, nos nouveaux pouvoirs.

Il y a une vingtaine d’années, un jeune universitaire américain, mort prématurément, invente le mot « Netizen » et salue la possibilité offerte aux internautes d’agir à l’échelle planétaire, dans une bonne intelligence collective. La notion du Netizen évolue et désigne aujourd’hui des femmes et des hommes qui assument ces changements technologiques et culturels tout en ayant conscience qu’il ne faut pas en abuser. Les Netizens sont des êtres humains connectés à d’autres êtres humains, qui se veulent tous dans le fond des gens bien. 

Le management de la relation client (CRM ou GRC en français), tel qu’il était imaginé dans les entreprises à la fin du XXe siècle, s’essouffle. On parle dorénavant, de manière un peu abstraite, de marketing 2.0. 

Au-delà des termes, il faut bien comprendre que le rapport à la marque et au monde de l’entreprise a rajeuni, plus sensible, passionné, excessif.

Les premiers exposés sont les centres d’appels, socioconnecteurs de l’ombre, mal connus par le grand public et souvent mal aimés. 
A leur décharge, les labels de qualité de service ont peu évolué, reposant sur des typologies clients anciennes et négligeant la nouvelle humanité éclairée derrière le téléphone, le mobile, l’ordinateur, la tablette… 

Grisés par le souffle de liberté d’Internet, nous les Netizens, nous ne nous sentons pas clients. Nous savons comment défaire nos choix. 
Par contre, nous apprécions l’honnêteté et découvrir en notre interlocuteur un autre Netizen qui nous est relié. 

— il y a 2 ans avec 12 notes
#2.0  #CRM  #Centre d'appel  #Centre d'appels  #GRC  #Michael Hauben  #Netizen  #petit monde  #réseaux sociaux  #six degrees of separation  #six degrés de séparation  #small world  #the tipping point  #XXe siècle